Service public de la transition écologique

Idées reçues

Les Monts du Lyonnais vous proposent d’y voir plus clair sur le solaire !
« Ça coûte cher », « c’est compliqué », « les installateurs sont tous des voleurs »…
Les idées reçues ne manquent pas lorsque l’on aborde le sujet des panneaux solaires. Pour tenter de « démystifier » la question, nous vous proposons de revenir sur les principales idées reçues sur le solaire en vous donnant les bons tuyaux pour assurer un projet vertueux pour la planète… et pour vous !

Après une explosion des installations dans les années 2000, le secteur a connu un net coup d’arrêt (notamment dû aux nombreuses installations de mauvaise qualité et la difficulté à définir un cadre à cette filière émergente). Depuis, le solaire s’est vu se stabiliser et évoluer dans sa technologie et son encadrement juridique. La hausse de rendement et la baisse des coûts rendent aujourd’hui cette filière mature et accessible. Le regain d’intérêt sur cette énergie, dans un cadre de transition énergétique, n’a pour autant pas encore eu raison de toutes les idées reçues sur la question

Lorsque l’on se lance dans un projet d’installation solaire, on en vient vite à se poser mille questions. Il nous arrive d’entendre tout et son contraire, spécialement sur internet et au téléphone à travers les nombreux démarchages téléphoniques. Le guide de notre partenaire In Sun We Trust vous accompagne dans votre projet.

Guide choix photovoltaïque

Vous trouverez ci-dessous des sites de confiance pour satisfaire votre curiosité
tandis que nous levons le doute sur les idées reçues  les plus répandues sur le solaire :

Les panneaux solaires ne sont pas rentables

Quotidiennement, le Soleil apporte sur Terre largement de quoi pourvoir à l’ensemble de nos besoins énergétiques. L’ensemble des surfaces de toitures de la France pourrait à lui seul couvrir instantanément 4 fois nos consommations et ce, gratuitement.
La rentabilité du photovoltaïque comme du solaire thermique n’est plus à démontrer lorsque l’installation est bien réalisée. Son temps de retour est de l’ordre de 12 à 20 ans pour un panneau photovoltaïque et de 8 à 40 ans pour un panneau thermique selon l’énergie à laquelle il se substitue.

Plus d’informations ici !


 

Les panneaux solaires ne se recyclent pas

Les panneaux sont constitués essentiellement de verre, d’aluminium et de composants électroniques qui sont aisément recyclables. Les premiers panneaux solaires installés avaient un taux de recyclage d’environ 90%. Aujourd’hui, le taux de recyclage d’un panneau solaire au silicium est de 96%. La règlementation en vigueur impose un taux de recyclage d’un minimum de 80% depuis août 2018. La limite du recyclage n’en est plus une maintenant ! La Première usine européenne de recyclage de panneaux solaires est d’ailleurs française et située dans les Bouches-du-Rhône.

Guide sur le recyclage


 

Les panneaux solaires utilisent des ressources rares et sont trop polluants à la fabrication

90% des panneaux vendus dans le monde utilisent des cellules à base de silicium qui est le troisième matériau le plus abondant sur Terre après l’oxygène et le carbone. Les 10% restants (les couches minces) utilisent effectivement des matériaux peu utilisés hormis dans des technologies de niches réservées à des usages très spécifiques notamment l’industrie aérospatiale. Le seul élément pouvant être pénalisant est éventuellement la disponibilité des matériaux composant les fours à induction qui fondent le silicium mais il ne s’agit pas de matériau rare. Le silicium est essentiellement utilisé dans l’automobile et l’aviation (55% de la consommation mondiale).


Au bout de 15 ans, les panneaux solaires ne sont plus performants

 Les constructeurs de panneaux solaires s’engagent aujourd’hui sur des durées de vie de plus en plus longues. En effet, la technologie a énormément progressé au cours des années 2000. Par ailleurs au bout de 20 ans (soit la durée de la garantie du matériel et du rachat de l’énergie), vos panneaux ne sont pas à mettre à la poubelle. En effet, ces panneaux ont encore des rendements supérieurs à 80% (et leur durée de vie tend de plus en plus à une quarantaine d’années). Avec un bon entretien, vos panneaux solaires seront aisément rentabilisés, maintenance incluse.

Quelques sources ici et .


Les panneaux solaires nécessitent trop d’énergie à leur fabrication

 Avec l’évolution des technologies, on estime qu’aujourd’hui un panneau compense l’énergie nécessaire à sa fabrication (on parle d’énergie grise) entre 18 mois et 3 ans en moyenne. Soit un des meilleurs taux de retour toutes énergies confondues.

Les artisans ne sont pas compétents

 Il est vrai qu’aujourd’hui encore le démarchage intempestif et intensif ainsi que les abus de confiance de certaines entreprises sont encore pratiqués. Il est donc important d’être vigilant et de ne jamais rien signer dans la précipitation parce qu’on vous promet la Lune. Il existe également des artisans de qualité qui se distinguent par leurs compétences et leur expérience. La CCMDL aide les particuliers en s’associant à In Sun We Trust pour vous permettre d’élaborer un projet solaire en toute tranquillité grâce à leur guide anti-arnaque mais aussi en recensant des artisans de confiance à travers le cadastre solaire avec notamment plus de trois ans d’ancienneté et un taux de sinistralité de 0%.

Si vous avez des interrogations sur un devis que vous auriez reçu, n’hésitez pas à comparer en recherchant votre toiture sur le cadastre et comparant avec les prix proposés. Si une différence majeure est notable, n’hésitez pas à solliciter d’autres artisans pour avoir des éléments de comparaison. Besoin d’un avis neutre, gratuit et indépendant ? Nous vous donnons des solutions sûres à la fin de l’article !

Guide anti-arnaque

Le solaire coûte trop cher encore

 Comme pour tout investissement, c’est selon le potentiel  de votre toiture qu’il vous sera possible de juger si le solaire coûte trop cher (selon son exposition, son orientation, l’état de la charpente, votre usage…).

Il faut voir le solaire photovoltaïque comme un investissement (vente totale, vente de surplus) tandis que l’autoconsommation (photovoltaïque ou solaire thermique) sont un investissement initial pour économiser de l’énergie et de l’argent sur le long terme.

Aujourd’hui, le prix des panneaux solaires photovoltaïques peut paraître encore trop élevé à l’investissement (il a tout de même été divisé par deux dans la dernière décennie et continue de décroître) mais reste souvent une affaire rentable si vous avez une réflexion à long terme (12-20 ans) !

Concernant le solaire thermique, cela dépend encore une fois de l’énergie à laquelle vous le substituez. S’il remplace un chauffe-eau électrique, il aura probablement une rentabilité assurée en 10 ans. S’il remplace une énergie peu coûteuse à l’heure actuelle comme le bois ou ce qu’on appelle communément le gaz de ville, on peut passer à un temps de retour brut d’une quarantaine d’années. Cela dépend également d’autres paramètres comme la taille de votre ménage et vos habitudes de consommation d’eau chaude.

Guide des prix du photovoltaïque

Nous savons que ces estimations sont « basses » puisque les énergies « fossiles » ou le nucléaire sont vouées à poursuivre l’augmentation de leurs coûts sur les prochaines années (cf. tableau ci-dessous).

 

Hypothèses de projection selon l’IEA (Agence internationale de l’énergie) en 2011

Le solaire thermique, c’est pour le sud

On se dit souvent à tort que le solaire thermique pour produire son eau chaude sanitaire (ECS) est plus facile dans les régions sud de notre pays. Cela est inexact dans la mesure où les panneaux solaires thermiques produisent aussi bien à l’ouest ou l’est qu’au sud. Le taux de rendement ne sera certes pas le même, le sud bénéficiant d’un ensoleillement plus important mais le rendement sera toujours intéressant même dans les régions du nord de la France.

Il faut garder en tête que l’objectif du solaire thermique n’est pas de produire un maximum d’eau chaude mais de produire la quantité d’eau chaude répondant à vos besoins. L’intégration de panneaux à l’est ou l’ouest permet de couvrir vos consommations respectivement le matin ou le soir, d’où l’absence d’un fort besoin d’ensoleillement.

Guide du solaire thermique

Plus d’idées reçues autour du solaire thermique ici !

L’aérovoltaïque, la solution pour remplacer sa VMC

Si un système aérovoltaïque peut apporter quelques avantages, ce n’est pas une solution idoine pour ventiler correctement votre lieu de vie ou de travail. En effet, il peut faciliter l’assainissement de l’air mais en aucun cas remplir toutes les fonctions d’une VMC. Pourquoi ? Parce qu’un système de ventilation est calibré pour renouveler l’air en continu et vous garantir une bonne qualité de l’air intérieur ce qui n’est pas le cas d’un système aérovoltaïque qui apporte un débit d’air variable et peut être amené à se couper si les panneaux photovoltaïques sont trop froids (le solaire est une énergie intermittente).

Nous recommandons la plus grande vigilance sur cette technologie. N’hésitez pas à lire le Guide de l’aérovoltaïque.

Je suis tout seul et je m’y perds

 Il s’agit d’un projet nécessitant, comme pour tout investissement conséquent, de digérer de nombreuses informations, parfois complexes, et de mûrir une réflexion à long terme.

Aide, pas aide ? Arnaques ou projet vertueux ? Dangereux ? Technologies vertueuses ou greenwashing ? A entendre tout et son contraire sur le sujet, cela peut être difficile de s’y repérer.

C’est pourquoi la communauté de communes des Monts du Lyonnais a souhaité par l’intermédiaire de son cadastre doter les habitants et les entreprises de la meilleure information possible sur le sujet. Vous pouvez même y poser des questions en direct à un conseiller.

Si vous avez des questions, peut-être techniques ou administratives, si vous avez besoin d’un avis rapide ou d’un conseil plus général, vous pouvez nous contacter depuis le site, au 04 72 66 14 30 ou par mail à l’adresse parc.ecohabitat@cc-mdl.fr !